17 mars 2009

Tapons sur le Facteur... c'est dans l'air du temps

De droite comme de gauche, il est de bon ton aujourd'hui dans la presse française de taper sur Olivier Besancenot. Il faut dire que le petit Olivier, avec sa verve carnassière et son franc parler qui détonne dans le paysage politique français, ça fait tache! L'ignoble individu a en effet l'audace de jouer la discorde, de ne pas jouer le jeu, de ne pas faire dans la mouvance actuelle du "politiquement correct" i.e. "fermer sa gueule et rentrer dans le rang de la riposte de facade au petit chancelier de l'Elysée"... Alors a droite on en profite et on s'en frotte les mains, et a gauche on sort les grand mots: traître, vassal de S., grosse tête, ... Le fait est que depuis le début, Olivier n'est jamais sorti de sa ligne directrice: En gros, marre de cette politique de merde pour nous faire avaler une globalisation destructive qui ne sert que les plus riches et leur cupidité sans limite. Que ce soit de force par derrière (UMP) ou diluée dans le sirop (PS), on en revient toujours au même: servir les plus riches pour qu'il le deviennent encore plus au profit des plus pauvres en détruisant dans le même temps la classe moyenne... Le Darwinisme (très cher à la doctrine anglo-saxonne) dans toute sa splendeur!

Le paradoxe de cette attaque de "l'union de la gauche" (sic) contre Besancenot, c'est que la gauche n'a jamais été aussi désunie et separée. Entre la misogynie intrinsèque du français de base qui préféra mettre un nabot bling bling, dévot américanisé du grand capital, au pouvoir plutôt qu'une femme (bien aidé il est vrai par les éléphants défraîchis et jaloux du PS et par une Ségolène trop centriste et bâton de chaise dans le cul), la ligne directrice de la gauche caviar (i.e le PS) depuis Mitterand, c'est à droite toute vers le centre - seul moyen selon eux de faire face a l'hégémonie du l'UMP et à la globalisation - et les luttes de pouvoir grotesque entre politicards décrépis et enflés pour ramasser les miettes du PS après la défaite. La gauche aujourd'hui, il faut la chercher à l'extrême si on croit encore a un monde plus social et moins rapace.... mais voila, cette gauche la représente moins de 10% aujourd'hui!!! Le reste se disant de gauche est soit apathique et vaincu, atomisé par les médias tout puissants et leur message rouleau-compresseur: "globalisation, seul modele viable", "la gauche est au centre droit, ou elle n'est plus", "c'est la crise, il faut faire des sacrifices (sous-entendus: juste vous, les pauvres et la classe moyenne, hein, les riches, eux, n'auront plus qu'a en profiter une nouvelle fois) et autre mensonges éhontés du genre ou bien, trop empêtré dans la crise et la survie au jour le jour qu'ils n'ont plus le temps ni l'énergie nécessaire pour refaire le monde ou lutter pour une société plus juste.

Le futur est inquiétant, entre le "je-m'en-foutisme" pour la cause environnementale dont les conséquences nous arrivent déjà dans la tronche aussi rapidement qu'un TGV à 300km/h sans freins en Gare de Lyon et la "globalisation" anglo-saxonne imposées aux forceps par la fausse gauche -le PS- et la droite réunies  car toutes deux inféodées a leur riches maîtres. L'avenir risque d'être bien noir (un beau retour vers une société féodale darwinienne) ou rouge (un pétage de plomb généralisé sous forme d'une sanglante révolution mondialisée).... en tout cas il ne sera pas rose.

 

Posté par Dude27 à 16:10 - Coup de gueule - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire